Collecte et le transport des matières résiduelles à Montréal

transport des matières résiduelles

Montréal compte plus de 1 810 000 d’habitants. Ces derniers sont répartis dans les 27 arrondissements de la ville. La population élimine près de 775 000 tonnes de déchets résiduels chaque année. Les ordures ménagères sont évacuées à l’extérieur de l’île. Les matériaux secs sont transportés au Complexe Environnement Saint-Michel (CESM).

L’élimination de déchets sur l’île Montréal

Sur l’île Montréal, les ordures municipales sont estimées à environ 775 000 tonnes. 145 000 tonnes d’entre elles sont des matières sèches éliminées au CESM. Non assimilées aux ordures ménagères, elles ne sont pas pourtant prises en compte dans l’analyse du transport. Ces déchets ne sont pas collectés porte-à-porte. Après leur collecte, ils sont conduits dans les postes de transbordement et LES du département. Certains rapports estiment que le transport actuel des déchets résiduels n’est pas encore optimal. Les transferts d’ordures par mini conteneurs engendrent en effet d’importants coûts de transport. La majorité des municipalités et arrondissements de Montréal se trouvent à l’extérieur de l’île. Trouvez plus d’informations sur le recyclage de métal à Montréal.

Les administrations municipales sont moins informées des prix unitaires de transport de matières résiduelles et de la location de conteneur prix. En effet, les bordereaux de tarif des appels d’offres de gestion d’ordures résiduelles ne nécessitent pas généralement une ventilation des coûts unitaires. Ces derniers sont rarement représentatifs lorsque le bordereau les réclame. La répartition du prix unitaire total est à peine approximative dans la ventilation. Cela n’est pas méticuleusement calculé par les entrepreneurs. Le coût du processus des postes de transbordement n’est pas pris en compte dans le prix unitaire pour l’élimination ou le recyclage de métal à Montréal.

Le transbordement des matières résiduelles à Montréal

Le centre de transfert accueille les déchets résiduels déchargés par le conteneur à déchet. Il permet de préparer les ordures pour un transport ultérieur et une élimination dans un autre lieu. La consolidation des matières résiduelles dans des camions de plus grande capacité se déroule au poste de transbordement. Cela est indispensable pour limiter les frais de transport des déchets vers le centre d’élimination. L’écart est très significatif lorsque celui-ci est situé à une bonne distance du lieu de génération. Après la collecte porte-à-porte, les camions-tasseurs déversent les ordures dans des grands camions-remorques. Ces derniers possèdent la capacité nécessaire pour la réception du volume d’ordures des trois camions-tasseurs.

L’île Montréal ne dispose pas encore de lieu d’enfouissement sanitaire destiné à l’élimination de déchets ménagers des municipalités et arrondissements de l’île. La plupart des camions-tasseurs qui font la collecte de résidus porte-à-porte quittent Montréal afin de recourir à des postes d’enfouissement ou de transbordement en dehors de l’île. Avec l’ampleur des déplacements pour le transport de déchets par camions-tasseurs, la ville envisage l’étude de faisabilité de l’aménagement d’un ou de plusieurs postes de transbordement sur son territoire. Cela permettrait de réduire les coûts de transport. Plusieurs techniques de transport et de transbordement sont envisageables.

Règlementations et exigences sur l’enfouissement de déchets

Le règlement sur les ordures solides est remplacé par le nouveau règlement sur l’incinération et l’enfouissement des matières résiduelles. Ce dernier a été adopté en mai 2005. La nouvelle règlementation énumère les normes d’exploitation et d’aménagement des installations d’élimination applicables. La ville de Montréal peut exiger le respect des conditions d’implantation et d’opération du poste de transbordement comme la présence d’une infrastructure qui respecte l’environnement et le prétraitement des matières résiduelles avant leur transport. On recense trois types de transbordement de déchets, à savoir le transbordement direct, le transbordement avec plancher de réception et le transbordement dans une fosse à déchets. Chacun d’entre eux a ses particularités et nécessite une remorque ajustée à la technique.

Désinfection des surfaces et de l’air par l’UV-C
Faire appel à une entreprise de dératisation en Île-de-France